Si vous avez l’habitude de voyager et d’apporter des plantes en provenance des pays que vous visitez, sachez que cette pratique est désormais sous surveillance. Les autorités sanitaires ont récemment émis un avertissement et invitent les voyageurs français à ne plus ramener de plantes de l’étranger dans leurs bagages.

Dangereux “auto-stoppeurs” pour nos cultures

En effet, les échanges commerciaux facilitent déjà l’introduction d’insectes et de bactéries sur le territoire français. Mais ces dernières années, ce phénomène semble s’amplifier en raison des plantes importées par les touristes français lors de leurs séjours à l’étranger. Cette pratique apparemment inoffensive favorise en réalité la propagation des épidémies végétales.

Les touristes français, sans le savoir, introduisent des nuisibles contre lesquels la France n’a pas les moyens de lutter. Dans les milieux scientifiques, les virus et insectes introduits sur le territoire par les touristes français sont appelés “auto-stoppeurs”. Souvent invisibles à l’œil nu, ces ravageurs peuvent avoir des conséquences dévastatrices.

Alerte des autorités sanitaires

Face à ce danger, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, Alimentation, Environnement, Travail (ANSES) a décidé d’alerter les voyageurs et de leur demander de ne plus introduire de plantes dans leurs bagages. Bien que ces parasites soient invisibles, ils sont très envahissants.

Au cours de l’année dernière, l’ANSES a identifié de nouvelles menaces pour les plantes :

  • Le virus du brunissement rugueux du fruit de la tomate, également connu sous le nom de virus de la tomate, qui se transmet par les graines, les plants et les fruits infectés.
  • La punaise brune marbrée, originaire des États-Unis et de l’Asie.

À ce jour, il n’existe aucun antibiotique ni produit phytosanitaire capable d’éradiquer ces nuisibles et maladies végétales. Lorsqu’ils sont détectés suffisamment tôt, ils peuvent être éradiqués. S’ils ne sont pas accompagnés d’un certificat de sécurité sanitaire, ils ne doivent pas être transportés.

Mesures de précaution et sensibilisation des voyageurs

Selon l’association Robin des Bois, des consignes strictes devraient être affichées dans les aéroports et les postes frontaliers. Le site de la Douane précise les plantes qui sont strictement interdites d’introduction sur le territoire français. D’autres sont tolérées mais limitées. Par exemple, il est possible de ramener 5 kg de fruits et légumes frais, 15 tiges de fleurs coupées fraîches, etc.

Ces directives ont été mises en place pour protéger les cultures françaises, mais trop peu de touristes en sont conscients. Si vous observez régulièrement des espèces d’insectes que vous n’avez jamais vues auparavant dans votre jardin ou sur vos cultures, contactez les services régionaux de l’alimentation, les fédérations régionales de défense contre les organismes nuisibles ou, si nécessaire, les chambres d’agriculture.

Comment prévenir l’introduction de nuisibles et protéger nos cultures ?

Pour éviter ce fléau, voici quelques recommandations à suivre :

  • Renseignez-vous sur les règles douanières avant de voyager et respectez les consignes indiquées dans les aéroports et aux postes frontaliers.
  • Lorsque vous achetez des plantes à l’étranger, vérifiez qu’elles sont accompagnées d’un certificat phytosanitaire attestant qu’elles ne présentent pas de risque pour la santé des végétaux.
  • Avant de rapporter une plante dans vos bagages, renseignez-vous sur sa provenance et son innocuité. Il est important de ne pas ramener de plantes qui pourraient constituer une menace pour l’environnement.

En adoptant ces bonnes pratiques lors de vos voyages à l’étranger, vous contribuerez à préserver la biodiversité locale et à protéger les cultures françaises des maladies végétales et des parasites importés.

Nicolas est un globe-trotter dans l'âme avec un penchant particulier pour les aventures en Asie et en Amérique latine. Ses aventures l'ont amené à embrasser des modes de vie variés, de la vie trépidante des grandes métropoles asiatiques aux paisibles villages de montagne.

Comments are closed.