Dans les paysages énigmatiques du Pérou, des histoires et des légendes émergent et captent l’imagination des habitants et des étrangers à la recherche de réponses sur le passé glorieux des anciennes civilisations.

Parmi les vestiges majestueux de l’empire inca, deux noms résonnent fortement : Machu Picchu et Pachacamac, des sites qui monopolisent l’intérêt des historiens et des touristes depuis des années.

Cependant, au-delà de ces sites emblématiques, il existe un lieu qui, selon des archives moins connues, occupait la place de l’espace le plus sacré du monde inca.

Quel était le lieu le plus sacré des Incas ?

La civilisation inca s’est imposée comme l’un des empires précolombiens les plus influents de la région andine, prospérant du XIIe siècle jusqu’à sa soumission par les conquistadors espagnols au milieu du XVIe siècle.

Au sein de leur structure sociale et culturelle, les Incas accordaient une importance primordiale à leurs croyances spirituelles et vénéraient divers sites sacrés ou huacas, qui faisaient office de centres de culte et de pèlerinage.

Le site spirituel de Coricancha, situé dans l’actuelle ville de Cusco, était un temple complexe dédié au culte du Soleil, et était considéré comme le lieu le plus sacré de l’empire inca, dépassant même le Machu Picchu en termes de signification spirituelle.

temple inca coricancha

Quelles sont les caractéristiques qui rendent le Coricancha unique ?

Le Coricancha, temple suprême de l’empire inca, se distinguait par ses caractéristiques propres qui le plaçaient au premier rang des sites spirituels du Tahuantinsuyo.

Lire aussi :  Voyager vert : Réduisez votre empreinte carbone avec ces gestes simples !

La transformation qu’il a subie sous le règne de Pachacútec a marqué le début d’un âge d’or pour ce sanctuaire. Pachacútec, insatisfait de la simplicité initiale du temple, entreprit un remodelage ambitieux pour rendre digne la demeure d’Inti, le dieu du soleil.

Ce processus de reconstruction, remarquable par la grande quantité de travail qu’il implique, a été réalisé en un temps relativement court, donnant à Coricancha une opulence sans précédent.

La technique architecturale utilisée sur ce site sacré est un autre de ses traits distinctifs. Les Incas auraient adopté une méthode de construction unique, caractérisée par le transfert de pierres partiellement travaillées depuis les carrières jusqu’au site de construction.

Là, par un processus méticuleux d’essais et d’erreurs, ils ajustaient chaque pierre jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement ajustée, ce qui témoigne de leur connaissance approfondie de l’ingénierie et de leur quête de la perfection esthétique.

temple inca coricancha

Pourquoi était-il considéré comme le lieu le plus sacré ?

Le Coricancha était considéré comme le lieu le plus vénéré de l’empire inca. Ce caractère sacré ne découlait pas seulement de son impressionnante architecture recouverte d’or, mais aussi de son profond symbolisme et de sa richesse culturelle et historique.

L’étude des chroniques, en particulier celle de Juan Santa Cruz Pachacuti, met en lumière une perspective unique sur le Coricancha. Ce chroniqueur reconnaît non seulement son importance historique et religieuse, mais il la compare également à un trophée de guerre, symbolisant à la fois l’issue d’un conflit et un moyen d’établir la paix entre conquérants et conquis.

Cette analyse met en évidence le Coricancha comme un axe de pouvoir, de sacralité et d’autorité inca, qui réunit diverses facettes, du spirituel au sociopolitique.

Lire aussi :  Les meilleures applications de traduction pour briser la barrière de la langue en voyage

vue depuis temple inca coricancha

Comment s’est déroulée la chute du Coricancha ?

La chute du Coricancha a été déclenchée par l’arrivée des conquistadors espagnols à Cusco, un événement qui a marqué le destin de l’empire inca.

La capture d’Atahualpa à Cajamarca fut le prélude à une série de pillages qui allaient conduire à la spoliation des trésors accumulés.

Il a été mis à sac en 1533 et Francisco Pizarro a envoyé trois Espagnols pour le démanteler. Martín Bueno, Pedro Martín et Zárate arrivèrent à Cusco et commencèrent à enlever les plaques d’or qui se trouvaient à l’intérieur du temple.

Face à cette situation, les habitants de Cusco, probablement débordés et sans leadership clair pour les diriger, n’ont opposé aucune résistance et ont permis le démantèlement complet du site le plus sacré de leur culture.

Sur ses fondations anciennes et sacrées, l’Ordre dominicain a construit ce que l’on appelle aujourd’hui l‘église de Santo Domingo, symbole de l’imbrication culturelle et religieuse qui a caractérisé la conquête espagnole en Amérique.

église san domingo du temple inca coricancha

Elsa est une véritable passionnée du voyage et adore découvrir de nouveaux horizons. Elle est constamment en quête de nouvelles expériences enrichissantes, que ce soit en se perdant dans les marchés animés ou en parcourant les sentiers moins fréquentés.

Comments are closed.